Pierre Rosenzweig : Le jeûne, une forme d’action pertinente ?

Lors de son passage pour me soutenir, après le Conseil International, Karsten m’a demandé de m’expliquer sur le(s) sens – significations et ressentis – de mon jeûne de 4 semaines à Strasbourg pour la fermeture de Fessenheim.
Cette action qui s’inscrit dans la durée longue s’intitule « Veille-Actions », comme à Valduc-Dijon » et non plus « Jeûne-Actions», comme à Paris depuis quelques temps, après être longtemps appelée « Jeûne » tout court par la « Maison de Vigilance ». C’est que le fait de jeûner est remis en cause par des participants à l’ «Action». D’où le besoin de s’expliquer aujourd’hui.
La présence « citoyenne » ou militante à « durée indéterminée » sur la place publique veut sensibiliser les gens pour qu’ils se réveillent, sortent de leur torpeur, abattement, indifférence ou désespérance ; qu’ils (re)deviennent des citoyen/nes à part entière, qu’ils se mobilisent sans se prendre pour des « militants », mais que (re)naisse une véritable « société civile », avec la conscience du droit de s’exprimer en public et le sens des responsabilités ou des devoirs dans ce qui reste d’une « démocratie » qui pour être « participative » doit devenir « particip-ACTIVE ! » En agissant ensemble, on apprend que se prendre en mains, c’est « vivre debout ». L’avenir de l’ « HUMAIN » se joue au quotidien. En Allemagne, depuis Fukushima, en face de Fessenheim, 2 groupes en sont à plus de 240 « Mahnwache » hebdomadaires : la détermination et la persévérance a du sens pour eux !
Dans ce cadre d’ « Actions » longues, le jeûne ajoute une « coloration » ou une « philosophie » particulière. Il se distingue nettement de la « grève de la faim » – avec laquelle le confondent les médias et d’autres – sur 2 points essentiels et se fonde sur 3 principes « éthiques ».
A la différence de la « grève de la faim », le jeûne ne veut faire aucun « chantage » ; comment, en l’occurrence, le ferait-on sur un « Président-Monarque » si éloigné du « Peuple » qu’il n’hésite pas à trahir toutes ses Promesses, notamment celle concernant la fermeture de Fessenheim. Comment imaginer faire « chanter » EDF-AREVA, …, cet « Empire » capitaliste, paralysé par sa « pensée unique » du « Tout-nucléaire » et qui dans sa « Propagande » éhontée ne cesse de « chanter » l’avenir radieux qu’il promet.
L’autre différence, c’est que, dans le jeûne, on ne prend pas de risque « majeur » avec sa santé ; j’ai fait 4 semaines après : un entrainement préalable de plusieurs fois 9-11 jours (depuis 10 ans), une préparation « physiologique » de plusieurs semaines ( août-septembre), une préparation « mentale » de plusieurs mois ( voire années) : depuis Fukusima – j’avais fait 50 jours en tout en mai-juin 2011). Il ne s’agit que de l’aboutissement d’un processus qui traduit un ENGAGEMENT « CORPS ET ÂME » pour une cause qui tient à cœur. Durant ces 4 semaines, je me suis senti bien, ma tension a passé de 13/8 à 11/8, mon pouls est resté à 60 à chacun des 5 contrôles médicaux, je n’ai eu aucun vertige, à peine une crampe ou deux lors de mes exercices réguliers ( et habituels) de yoga du matin ; par contre, les profits à ce niveau, je les apprécie : je suis de nouveau plus souple ( je mets mon gros orteil sur mon front, je conduis sans lunettes) ; et surtout, ma respiration est devenue plus longue, profonde, puisque j’ai eu tout loisir de l’exercer au long de ces journées où , parfois, la bise froide m’obligeait à déambuler, comme si j’étais en « marche méditative ».
Le jeûne est aussi , pour moi, l’occasion de réunir et de vivre 3 principes de vie complémentaires, rassemblant les 3 niveaux de notre être ( moral , mental et vital ):
– La COMPASSION ( le sentiment de solidarité, comme pour les migrants ou « Charlie ») pour les toutes victimes passées ( Hiro-Fuku-sima, …) , présentes et surtout A VENIR ! de Fessenheim ou ailleurs, càd ce besoin d’exprimer dans la « CHAIR » cette responsabilité pour les générations futures ; pouvoir répondre à mes 5 petits-enfants qui me demanderont : « Et toi « bapepa », qu’as-tu fait pour prévenir ou éviter, quand c’était encore possible, un tel cataclysme ? » Je suis devenu – un peu ! – plus patient, à l’écoute de toutes ces personnes qui passaient raconter leurs vies banales, leurs mépris pour ce que je défends, …même vis-à-vis de mes amis qui me mettaient trop souvent en garde contre les risques qu’ils croyaient que je prenais !
– La DETERMINATION au double sens de décision grave et réfléchie pour entreprendre une action importante et soutenue par une volonté sans faille dans le long terme et aussi dans la perspective d’une « auto-détermination » , càd d’une intervention dans le domaine politique pour peser sur les choix de société et pourquoi ne pas tâcher d’inscrire le droit de « Désobéissance civile » dans la Constitution. J’ai eu l’occasion d’échanger avec mes amis sur une éventuelle action de ce genre à laquelle ils ne se sentent pas prêts et qui demande une réelle résolution et conviction. C’est en « forgeant que… » ; tout est dans l’ENTRAINEMENT …des uns par les autres.
– La REGENERATION physiologique, l’amélioration globale de l’énergie vitale, nécessaire à une action dans la durée, qui ne peut s’arrêter ainsi sur un échec « politique » (EDF-AREVA voulant construire 40 nouveaux EPR !). En effet, la même « Veille-Actions » est déjà programmée du 11.03 au 24.04.2016 par le Collectif « Convergences des luttes » alsacien ( Stop Fessenheim, StrasBure, Alsace Nature, Tafta, Alternatiba, …) qui m’a assisté et qui, par cette action, s’est étoffé et soudé). Il est indispensable que le « corps » participe autant que la volonté et l’âme , quand l’ENGAGEMENT est ENTIER. Au-delà des habituelles « félicitations » des amis et passants, c’est aussi le fait que quelques-uns se soient mis en route ( environ 20 jours de jeûne pour 10 amis , dont certains n’avaient pas encore « osé » !) qui m’incite à remettre l’ouvrage sur le « métier » en 2016. Peut-on montrer son « courage » sans mettre son corps à contribution ? Certainement pas, et l’engagement de chacun/e ne peut que devenir contagieux, corroboré par mon état de santé après ces 4 semaines.
Au-delà de ces 3 principes, ou plutôt, « Oh !… EN DECA de TOUT …que les humains divers …», ce que certains recherchent par-delà les mots,, en deça de l’ « engagement » lui-même, – – en tant que faisant partie de l’ « agir », du « masculin » -, quelque part, « au-dedans du DEDANS », du côté du « laisser-agir », du recevoir, de l’ouverture à la « vie », du « féminin », c’est là que je cherche à situer le « jeûne », comme état où le « vide » alimentaire, peut laisser plus de place à un remplissage , en tout cas « RESPIRATOIRE » et, – selon ce qu’on « croit » ou espère, ou éventuellement « expérimente » – « spirituel », si cela désigne le fonds du fonds du puits intérieur où , plus on descend, plus on se sent chez soi, ou là où on doit être en « vérité ». Ma respiration s’approfondit, jusqu’au bassin/ périnée, s’étend progressivement de là aux talons, et parfois retourne à l’occiput. Si le jeûne ne sert qu’à cela, c’est déjà tout bénéfice ! Peut-être est-il, alors, comme une « prière du CORPS », un silence de l’estomac et de la mastication, un appel à une plénitude vers laquelle seule une « vidation » est en mesure de mener.
Puisque la poursuite du « Tout-nucléaire » fait partie de la course au « toujours plus » – de puissance, domination, exploitation de ce qui est à disposition -, alors le cheminement vers le toujours « moins » est la seule voie à pratiquer et le jeûne en est un élément physiologique. Mais, bien sûr, il est alors indissociable d’un état d’esprit non pas d’héroïsme ou de « distraction » au sens pascalien ; plutôt de centration sur l’objectif visé, d’ouverture sur les humains avec lesquels on partage un moment, quel que soit leur position sur le nucléaire. Oserait-on avancer qu’on « consacre » ainsi son temps, son corps, ses affects, son « esprit » au but recherché, bien au-delà d’un simple changement de « politique énergétique » ? Jeûner participe dans ce cas à un appel à l’authenticité des actions responsables et revendiquées, reflet de l’intériorisation du vécu, où n’ « agit » plus que ce qui dépasse chaque humain dans ses pauvres limites. Le JEU du JEÛNE alimente le vide de mon JE.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s